IMG-LOGO
Accueil Article Tronçon Yeno-Bilengui-Lebamba en piteux état : les populations appellent le CTRI à réagir
Société

Tronçon Yeno-Bilengui-Lebamba en piteux état : les populations appellent le CTRI à réagir

IMG Les populations lors d'une manifestation pour exiger la réhabilitation de la route.

Si l'on se permettait de procéder à un classement des zones les plus enclavées en matière d'infrastructures routières au Gabon, le département de l'Ogoulou occuperait, sans nul doute, la première place. Cette triste réalité, qui expose la précarité à laquelle la contrée est plongée, n'est plus à démontrer d'autant  que toutes ces cinq, voire dix dernières années, de nombreuses manifestations ont été organisées à Mimongo par les populations de cette localité dans l’objectif non seulement de dénoncer ces mauvaises conditions de vie, mais également de solliciter l'intervention des plus hautes autorités.

 

Sauf que plusieurs années, plus tard, les choses n'ont toujours pas changé. La situation, qui aurait pu être résolue si l'on était sous d'autres cieux, ne semble toujours interpeller personne, même pas l'actuel Ministre des Travaux publics, le Général Flavien Nziengui Nzoundou, qui est pourtant au fait  de la situation. Dès sa nomination au ministère des Travaux publics et de l'Equipement et des Infrastructures, les populations du département avaient applaudi croyant que son arrivée à la tête de ce département insufflerait une ère de développement accéléré. Non, le croire, c'est se mettre le doigt dans l'œil. Natif de Lébamba, le chef-lieu du département de la Louetsi-Wano, Flavien Nziengui Nzoundou va fermer ses yeux et tourner le dos à ses voisins de l’Ogoulou.

 

Mieux, ce dernier ne va pas prendre en compte ce tronçon routier dans l'exercice budgétaire de 2024. Une situation diversement analysée par les populations de l'Ogoulou qui y voient une marginalisation volontaire de leur localité. « Nous ne comprenons pas quels sont les critères qui concourent à la sélection des voies qui doivent être construites ou aménagées au Gabon. Depuis près de 10 ans, l'axe Yeno-Bilengui est abandonné à lui-même. Malgré les nombreux décès occasionnés par le manque de route, nos autorités ne semblent toujours pas nous accorder de l'importance. La raison de cette situation, nous l'ignorons », a indiqué un ressortissant du village Nombo. « La situation s'est dégradée en décembre 2019, lorsque, à la suite de plusieurs éboulements, cette route s'est barrée, et ce, jusqu'à présent. Nous avons maintes fois écrit aux autorités, mais personne ne nous a répondu, alors que c'est ce chemin que tous les malades du département de l'Ogoulou empruntent pour se rendre à l'hôpital de Bongolo pour mieux suivre leurs soins. Une situation qui menace de disparition l'ensemble des villages situés sur cet axe », a-t-il poursuivi.

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires