IMG-LOGO
Accueil Article Education nationale : les professeurs des Sciences et techniques documentaires dénoncent un imbroglio administratif dommageable pour leurs carrières respectives
Société

Education nationale : les professeurs des Sciences et techniques documentaires dénoncent un imbroglio administratif dommageable pour leurs carrières respectives

IMG Le ministre de l'Education nationale invité à trouver une solution à cette situation.

En attente d’intégration dans la Fonction publique, les enseignants-documentalistes des promotions 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020, formés à l’Ecole Normale Supérieure de Libreville, sont vent debout. Pour cause ? Ils exigent qu’ils soient reversés dans leur corps d’origine qu’est l’Education nationale. Ce fut l’objet d’un sit-in organisé, il y a deux semaines, devant les locaux du ministère de l’Education nationale.

 

Depuis 2019, ces derniers s’offusquent du comportement de la tutelle, et même de la Fonction publique, qui, tous deux, semblent remettre en cause leur formation. Alors qu’ils ont, pourtant, été formés à l’Ecole Normale Supérieure. « Comment remettre en cause notre formation, alors que nous sortons de l’ENS ? Comment comprendre que dans le cadre de nos formations, certains sont reconnus comme enseignants-documentalistes de l’enseignement du second degré et d’autres comme documentalistes », s’interroge un des membres du collectif.

 

En effet, depuis 2019, au moment de leurs recrutements au ministère de l’Education nationale, certains d’entre eux avaient été enrôlés comme enseignants-documentalistes dans l’enseignement du second degré, tandis que d’autres avaient été recrutés, tout simplement, comme documentalistes. Une erreur, s’insurgent les concernés. Car personne n’a été formé comme documentaliste, mais comme enseignant des Sciences et techniques documentaires. « C’est une erreur que nous avons demandée à la tutelle de rectifier, mais jusqu’à ce jour, rien n’a été fait », se désole un autre membre dudit collectif. Toute chose qui a causé une ambiguïté dans la codification de ces enseignants dans la Fonction publique.

 

« Nous demandons réparation d’une situation qui nous cause préjudice. A la Fonction publique, nous ne sommes pas reconnus comme enseignants, sous prétexte que nous n’utilisons pas la craie, mais plutôt comme administratifs. Ce qui fait que notre intégration à la Fonction publique est retardée. Ce, malgré les multiples promesses », souligne une source proche du dossier.

 

Pour rentrer dans leur droit, ces enseignants-documentalistes menacent d’organiser, dans les tout prochains jours, des mouvements d’humeur et d’autres marches de contestation.

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires