IMG-LOGO
Accueil Article Ali Bongo affirme que sa femme et son fils n’ont rien fait et qu’il est prêt à prendre ses responsabilités
Politique

Ali Bongo affirme que sa femme et son fils n’ont rien fait et qu’il est prêt à prendre ses responsabilités

IMG Ali Bongo ( à droite ) lors de sa rencontre avec le président Touadera en septembre 2023.

 

Les propos d’Ali Bongo rapportés par ses proches chez nos confrères de  Radio France internationale ( RFI) ont le méritent de mettre fin à toutes les spéculations liées à son avenir judiciaires. Bien qu’étant dans une situation sanitaire toujours préoccupante, à la suite de son accident vasculaire cérébral, d’il y a 3 ans, Ali Bongo a affirmé vouloir assumer toutes ses responsabilités dans la gestion du pays tout au long de ses 14 ans de règne.  

 

Cette posture  vise-t-elle à disculper son  épouse Sylvia et son fils Nourredin  de  toutes responsabilités dans les malversations financières, les détournements de fonds et la gabégie au sommet de l’Etat ? Certainement, puisque par les mêmes canaux, le président déchu qui est toujours réclus à à sa résidence de la Sablière, affirme que son épouse et son fils n’ont « rien fait » et qu’il faille que les nouvelles autorités procèdent à leur libération. 

 

Pour tenter d’extraire les membres de sa famille de la prison centrale de Gros-bouquet, Ali Bongo a même refusé de partir en exil alors qu’un avion lui avait été affreté, renseigne RFI. Il n’est pas question, indique Ali Bongo, qu’il quitte le Gabon sans son épouse et son fils.

 

Pour autant, il n’est pas sûr que cette interview, donnée par personnes interposées dans RFI, servent les intérêts du fils de Kama Dabany. Plusieurs voix ont, depuis la prise de pouvoir d’Oligui  Nguema, appelé à ce que des poursuites judiciaires soient engagées contre Ali Bongo en dépit de son état de santé. Pire, Bertrand Zibi Abégué et d’autres membres de la société civile gabonaise ont récemment porté plainte contre l’ancien président pour séquestration, torture et autres faits de  détournements de fonds.

 

Ces plaintes s’ajoutent à celles engagées par l’opposition gabonaise contre l’ex desposte en lien avec les massacres de 2016.  Nul n'étant  responsable pénalement que de son propre fait, la démarche d’Ali Bongo pour sauver sa parental de prison est donc  vouée à l’échec.

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires